260 jours à bord d’une start-up

22 février 2016 - 7 minutes read

Zembro team 2015L’expression « à bord » est à prendre au pied de la lettre. Nous étions en effet les 7 premiers collaborateurs à embarquer sur le bateau de Katrien Devos, la présidente de notre conseil d’administration. La start-up Embracelet a pris officiellement la mer lors de cette première journée d’équipe.
Aujourd’hui, 8 mois plus tard, les choses ont bien changé. Embracelet est devenu Zembro, nous avons accueilli 7 nouveaux collègues et nous avons beaucoup appris.

La collaboration au sein d’une start-up

Au cours de ces 8 derniers mois, j’ai notamment appris à collaborer à distance. « Si nous voulons un jour pouvoir travailler avec des collègues à l’étranger, mieux vaut nous y habituer dès maintenant », a expliqué Johan, notre CEO, lors de cette première journée. Et il avait raison. Les premiers mois de l’aventure Zembro, nous avons tous travaillé à domicile. Nous nous réunissions une fois par semaine, généralement pour aller manger un morceau ensemble.

« I can’t hear you. Can you hear me? Are you on mute? Am I on mute?! »

Avant de travailler chez Zembro, je n’aimais pas trop Skype. Mais on s’y habitue étonnamment vite. Quand je travaille à la maison, j’appelle mes collègues environ 6 fois par jour. Qu’il s’agisse d’une conversation de 2 minutes pour poser une simple question ou d’une conférence téléphonique d’une heure avec toute l’équipe, c’est convivial et cela vous apporte la petite dose de contacts humains dont vous avez besoin pour ne pas mourir de solitude. Et notre équipe s’est étoffée si rapidement que nous nous retrouvons parfois dans des situations loufoques comme celle ci-dessous. Mais en général, tout se passe comme sur des roulettes.

Une croissance rapide

Et quand je dis que notre équipe s’est étoffée rapidement, je pèse mes mots. Je n’ai jamais travaillé dans une équipe dont l’effectif a doublé en si peu de temps. Je travaillais depuis quelques semaines à peine chez Zembro que Dirk et moi faisions déjà passer un entretien à notre futur Conversation Manager à Anvers. Nous avons rapidement engagé un ingénieur supplémentaire et, un mois plus tard, notre premier collaborateur Customer Care nous rejoignait. En décembre, nous avons accueilli un Software Engineer et un Software Architect, nous avons déniché un Business Creator en France et nous avons entamé des entretiens avec des profils similaires en Allemagne et au Royaume-Uni.

Profils techniques

Les profils techniques sont plus difficiles à trouver que je le pensais. Alors que je suis quelque 400 candidats potentiels pour nos postes vacants sur Twitter, nous avons du mal à trouver des collaborateurs prêts à quitter leur zone de confort pour rejoindre une start-up comme la nôtre. Pas plus tard que la semaine dernière, j’ai rencontré une candidate qui se posait des questions sur l’équilibre entre travail et vie privée dans une start-up. Elle avait en tête l’image des petites entreprises de 3 collaborateurs qui travaillent jour et nuit pour réussir, dans l’espoir de survivre encore quelques mois. La réalité est heureusement différente. Notre vision consiste même à relier les générations pour qu’elles puissent prendre soin les unes des autres au mieux. Une vision difficile à concrétiser si nos propres collaborateurs ne s’impliquent pas eux-mêmes dans la vie de leur famille.

Petite équipe, grand impact

Après 260 jours, je n’ai regretté mon choix à aucun moment. Dans une petite structure comme la nôtre, on se rend bien compte de l’impact qu’on peut avoir sur l’entreprise. Dans des organisations de plus grande envergure, il se passait parfois plusieurs semaines avant que je comprenne clairement ce qu’on attendait de moi ou que j’identifie les domaines dans lesquels je pouvais faire la différence.

Passer à la vitesse supérieure

À chaque fois qu’un nouveau collaborateur nous rejoint, notre start-up passe à la vitesse supérieure. C’en est fini de laisser du travail en suspens parce qu’on ne dispose pas du collaborateur compétent, d’avoir tellement de choses à faire qu’on a le temps de n’en réaliser aucune ou de viser le minimum olympique pour survivre. Et le résultat se ressent toujours clairement.
Notre aventure vous tente ? Vos talents nous intéressent certainement.

Offres d’emploi

Pour notre marketing numérique, je travaille actuellement avec plusieurs freelances et agences, mais un collègue supplémentaire dans notre équipe de base permettrait d’accélérer le déploiement international. Vous êtes expert en marketing numérique ou Conversation Manager francophone et vous avez envie de passer à l’action ? Prenez contact avec moi. Envoyez votre CV à l’adresse jobs@zembro.com.

Programmer ou analyser

Notre équipe technique cherche également des Embedded C Developers, un Data Scientist et un Project Manager… Si vous n’avez pas votre pareil pour programmer, analyser ou coordonner, une seule adresse: jobs@zembro.com. Consultez aussi les autres offres d’emploi.
C’est parti pour 260 nouvelles journées de travail!

Qui seront nos 7 prochains collègues?